Interview d'Amin H. Nasser, PDG de Saudi Aramco

INTERVIEW AMIN H.NASSER
PRÉSIDENT DIRECTEUR GENERAL
SAUDI ARAMCO
 
UN NOUVEAU COMPLEXE PÉTROCHIMIQUE À JUBAIL
Nous avons une raffinerie d’une capacité
de conversion de 400.000 barils par jour,
l’une des meilleures du monde, près de Jubail, en Arabie Saoudite
 
Elle a démarré en 2014
pour tirer parti d’une forte intégration
pour créer de la valeur, 
pour Saudi Aramco et pour Total
 
Nous sommes convaincus qu’il y a un fort intérêt à construire
ce complexe pétrochimique
à côté de la raffinerie.
 
Quand vous construisez une raffinerie
vous pensez toujours aux synergies, à l’intégration.
Ce complexe nous apportera à chacun, c’est certain, plus de valeur.
 
ARAMCO & TOTAL, UN PARTENARIAT SOLIDE
 
Nos relations avec Total sont excellentes,
nous sommes partenaires stratégiques.
Nous cherchons des opportunité de travailler ensemble,
à l’international,
nous qui avons déjà des intérêts commun dans l’Aval.
 
Et parce que Saudi Aramco cherche à se développer
dans le gaz, à l’international,
nous regardons quelles opportunités nous pourrions avoir 
de coopérer dans ce domaine avec Total.
 
L’équilibre est favorable sur les marchés pétroliers.
 
Depuis l’année dernière,
les choses s’améliorent.
La demande est soutenue.
Prenez les chiffres de l’agence internationale
et de l’agence américaine de l’énergie
Ils comptent 1,5 à 1,6 million de barils 
de demande supplémentaire par jour.
Le respect de l’accord entre
pays de l’OPEP et hors-OPEP est excellent,
ce qui a aidé, naturellement.
Ce que je comprends,
des informations qui sont communiquées,
c’est que l’accord entre OPEP et pays non-OPEP
se poursuivra au-delà de 2018.
 
VISION 2030 : D’IMMENSES OPPORTUNITÉS
 
La feuille de route “Vision 2030” 
envisage une croissance durable et diversifiée
de notre économie.
Cela ne veut pas dire renoncer aux hydrocarbures.
Au contraire, nous allons 
nous renforcer dans les hydrocarbures.
Mais en même temps,
diversifier notre économie 
pour la rendre moins dépendante.
Le secteur privé jouera un rôle,
il prendra une plus grande place
il va passer de 40% à 65% de l’économie.
Un travail sera mené pour 
donner plus de place dans l’économie saoudienne
aux petites et moyennes entreprises.
 “Vision 2030”,
c’est vraiment la stratégie du Royaume 
pour créer un environnement favorable 
aux affaires.
Les opportunités sont nombreuses !
Le travail est mené
dans différents secteurs de l’économie,
un travail stratégique de diversification,
pour faciliter la volonté d’entreprendre,
renforcer l’essor du secteur privé,
profiter de la dynamique de croissance qui est à l’œuvre.
 
LE DÉFI DE LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS
 
Lutter contre le changement climatique
est un enjeu très important
pour toutes les industries,
qui passe par la réduction de leur empreinte carbone, 
et de leurs émissions.
Nous le faisons par exemple à travers
l’Oil and Gas Climate Initiative,
dont Total et Saudi Aramco sont membres fondateurs.
 
De notre côté, nous faisons beaucoup également 
pour réduire nos émissions.
Cela passe par un travail pour rendre les moteurs
plus efficaces,
pour diminuer leurs émissions.
Cela passe par le captage-stockage et utilisation du C02,
pour transformer le C02 en produits utiles.
Le travail mené pour faire baisser les émissions 
est important.
Si vous voulez réduire les émissions,
le levier de l’efficacité sur lequel travaille l’industrie
a un impact plus important 
que la voie des renouvelables ou du véhicule électrique.
C’est donc un travail qui va se poursuivre,
pour nous faire encore progresser en la matière.

Partagez ce contenu

  • LinkedinPartagez