West of Shetland : une installation sous-marine innovante en mer du Nord

Pays : Royaume-Uni
Production : gaz
Exploitation : offshore profond
Opérateur : Total E&P UK (60 %),
Partenaires : DONG E&P UK Limited (20 %), SSE E&P UK Limited (20 %)
Démarrage : Février 2016

140
kilomètres d’infrastructure sous-marine, l’une des plus longues connexions au monde
lagan T lagan T

West of Shetland est un projet gazier qui englobe les champs sous-marins de Laggan-Tormore, l'usine de gaz Shetland et le développement plus récent des champs sous-marins d'Edradour et de Glenlivet. Réalisé dans un contexte climatique particulièrement hostile, West of Shetland a conduit à la mise en place du plus long réseau sous-marin jamais vu sur le plateau continental britannique. La technologie « subsea-to-shore » a été mise en œuvre pour la première fois, ouvrant de nouvelles possibilités de prospection en eaux profondes.

Trois projets en un dans des conditions climatiques hostiles

Schéma de développement du projet West of Shetland

Le projet West of Shetland comporte trois projets innovants réunis en un :

  • Laggan-Tormore : projet gazier à 600 mètres de profondeur
Situés au large des îles Shetland, les champs Laggan et Tormore, ont été découverts en 1986 et 2007. Ici, dans des profondeurs d'eau qui descendent rapidement de 120 à 600 mètres et au-delà, Total a utilisé la plus longue installation « de la mer à la terre » (subsea-to-shore) jamais vue en mer du Nord. Dans les eaux les plus profondes et les plus froides du Royaume-Uni, nous avons ainsi foré quatre puits que nous avons ensuite raccordés, par un pipeline de 140 kilomètres, à une nouvelle usine de traitement de gaz située sur les îles Shetland. Leur production a débuté en février 2016.
  • L’usine de gaz terrestre de Shetland
L'usine de gaz de Shetland, située sur la côte nord de l'île principale des îles Shetland, a été construite pour traiter le gaz extrait des puits de Laggan-Tormore. Lorsque le gaz arrive à terre, les liquides (condensats) sont dissociés pour être transportés par pipeline vers le terminal pétrolier de Sullom Voe. Le gaz, quant à lui, subit un traitement avant d’être exporté vers le Royaume-Uni. L’usine de Shetland contribue actuellement à environ 8 % de la consommation totale de gaz du Royaume-Uni, l’équivalent de 2 millions de foyers.
 
  • Edradour-Glenlivet : l’extension du projet gazier sous-marin
En août 2017, « West of Shetland » a pris une nouvelle ampleur avec la mise en production de deux nouveaux champs : Edradour et Glenlivet. Ce projet, qui a été livré un an avant la date prévue, vise à exploiter trois champs situés à 75 et 90 kilomètres au nord-ouest des îles Shetland, à une profondeur d’eau entre 295 et 435 mètres. Les puits sont reliés au système de production existant de Laggan-Tormore, afin d’exporter le gaz vers l’usine terrestre de Shetland.
 
Avec le projet West of Shetland, dont la capacité journalière de production est de 90 kb/j, Total devient le 1er opérateur du pays.

Le « subsea-to-shore » : répondre aux défis de l'offshore profond

30 %
des ressources restant à découvrir sont situées en offshore profond
Le projet West of Shetland marque l’aboutissement de plus de dix ans de recherche et développement pour Total : pour la première fois, nous y avons utilisé la technologie « subsea-to-shore ».
 
Ce procédé vise à installer l’ensemble des unités de production directement sur le plancher marin et à supprimer entièrement les installations offshore en surface. L’utilisation de ces infrastructures sous-marines nous permet d’aller plus loin des côtes, plus profond en mer (3 000 mètres et plus), dans des conditions plus difficiles (pression, températures, courants marins) tout en renforçant la sécurité de nos installations et en réduisant les coûts.
 
Les hydrocarbures situés dans les grands fonds marins sont une ressource clé pour l’avenir énergétique : sur les 400 milliards de barils équivalent pétrole encore enfouis, plus de 30 % seraient situés en offshore profond. Avec la révolution technologie du subsea-to-shore, Total s’ouvre de nouvelles opportunités de prospection dans l’ouest des îles Shetland, zone qui concentre 17 % des hydrocarbures restant à découvrir au Royaume-Uni.
 
 

 

Des solutions inédites pour préserver le patrimoine naturel de l'île

La construction de l’usine de gaz de Shetland et des infrastructures environnantes a été réalisée dans une démarche de concertation avec les autorités locales, pour préserver le patrimoine naturel et historique de l’île. Ainsi, lors des travaux de construction de l’usine, nous avons notamment décidé de déplacer et stocker la tourbe qui recouvrait le site dans deux immenses réservoirs grâce auxquels la tourbe sera maintenue en parfait état et ne dégagera pas de CO2. Une fois l’usine démantelée, la tourbe sera remise en place dans son état naturel d’origine. Une première mondiale !