Engagés pour l’avenir des bioénergies

Bioénergies Laboratoire CPB Bioénergies Laboratoire CPB

Le développement des bioénergies, au même titre que celui des autres métiers bas carbone1, est au cœur de notre ambition : devenir la major de l’énergie responsable. Pionniers dans les biocarburants, que nous produisons depuis plus de 20 ans, engagés dans la production de bioplastiques, nous participons à l’avenir de la filière et au développement de toutes les voies de valorisation de la biomasse.

Les métiers bas carbone de Total rassemblent l’aval gaz, les énergies renouvelables et le stockage d’énergie, l’efficacité énergétique, sans oublier les carburants propres ainsi que les techniques de stockage, captage et valorisation du CO2.

Les bioénergies : contribuer à concilier croissance et défi climatique

Ressource renouvelable et faiblement émettrice de CO2, la biomasse désigne l’ensemble de la matière organique d’origine végétale et animale.

La valorisation de la biomasse permet de produire des biocarburants et des bioplastiques, et contribue ainsi à relever 3 grands défis.

Satisfaire les besoins en énergie d’une population en croissance

L’augmentation des besoins mondiaux en énergie va de pair avec la croissance démographique mondiale et le développement économique et social. Dans les transports, les besoins énergétiques progressent de 1 % par an. La demande en plastiques progresse quant à elle de 4 % par an.

Limiter le réchauffement climatique

Selon le scénario 2°C de l’Agence Internationale de l’Energie, que Total prend pour référence dans sa stratégie, l’économie mondiale doit engager de profondes mutations pour limiter les émissions de CO2 liées à l’énergie. L’augmentation de la part des énergies renouvelables constitue un des leviers identifiés, notamment en développant les biocarburants. 

En effet, plus de 20 % des émissions mondiales de CO2 sont imputables au secteur des transports. Les biocarburants sont incontournables pour réduire l’empreinte environnementale de ce secteur : la biomasse constitue aujourd’hui la seule alternative renouvelable aux ressources fossiles pour produire des carburants liquides, dont dépendent encore largement les transports.
De nombreuses législations poussent et cadrent le développement des biocarburants. En Europe par exemple, la part d’énergie renouvelable dans les transports devra être de 10 % en 2020.

Le développement des bioplastiques offre par ailleurs des perspectives intéressantes en matière d’empreinte environnementale : les polymères à base d’acide polylactique (PLA), par exemple, sont biodégradables et sont moins émetteurs de CO2 que les polymères classiques.

S’adapter à l’évolution des attentes des clients et de la société

Conscients de l’urgence climatique, sensibles au développement durable, nos clients adaptent leurs comportements et attendent des solutions à moindre impact environnemental : les biocarburants et les bioplastiques en font partie.

christophe_vuillez.jpg
Notre ambition est de positionner Total en leader des biocarburants en développant une expertise industrielle et commerciale pour transformer la biomasse. Nous voulons aussi développer des bioplastiques innovants répondant aux enjeux du développement durable.
Christophe Vuillez
Directeur Stratégie, Recherche, Développement du Raffinage-Chimie. En charge de la division Biofuels.

Préparer l’avenir des biocarburants et des bioplastiques

Afin de répondre à notre ambition de devenir un leader des biocarburants et de développer des bioplastiques innovants, nous travaillons activement sur l’ensemble des solutions pour valoriser la biomasse.

Nous sommes présents dans les deux grandes voies de conversion de la biomasse :

  • la thermochimie, qui permet de transformer la biomasse en un large choix de molécules, sous l’action combinée de la pression, de la température et souvent d’un catalyseur ;
  • les biotechnologies, qui utilisent des micro-organismes, comme les levures ou les bactéries, pour convertir la biomasse en molécules ciblées. 

Flexibles et combinables, ces deux voies pourraient permettre de produire une large gamme de produits à partir d’une multitude de ressources. De nombreux challenges existent cependant encore.

Ainsi, les bioproduits disponibles sur le marché sont aujourd’hui principalement produits à partir d’huiles végétales et de sucres. La valorisation de ressources telles que la lignocellulose (déchets végétaux) ou les microalgues (micro-organismes capables de transformer directement du CO2 et de la lumière en molécules d’intérêt pour nos marchés) est encore au stade R&D.
Total est présent sur tous les stades de la filière, R&D comme industriel.

Développer notre présence en tant que producteur et distributeur de bioproduits au travers de grands projets industriels

total_pano04.jpg total_pano04.jpg

Pionnier dans les biocarburants, Total produit depuis 1994 de l’ETBE, ou éthyle tertio-butyle éther, incorporable dans les essences, ainsi que de l’HVO, huile végétale hydrotraitée, pour les gazoles. Nous sommes également le premier distributeur de biocarburants en Europe avec 2,352 millions de tonnes de biocarburants incorporés dans les essences et gazoles en 2017, et avons développé une véritable expertise des marchés et des clients.

Pour répondre à notre ambition d’être un leader sur les marchés des biocarburants, nous transformons actuellement notre raffinerie de La Mède (France) en une bioraffinerie de taille mondiale. Une des plus grandes d’Europe, elle produira 500 000 t/an de biocarburants de type HVO, afin de contribuer à répondre à une demande croissante.

Sur le marché des bioplastiques, nous voulons développer des produits innovants, répondant aux enjeux du développement durable et permettant à nos clients de consommer mieux. Nous misons notamment sur le PLA (acide polylactique), un polymère 100 % biosourcé et biodégradable, dont l’empreinte carbone est trois fois inférieure à celle des polymères classiques. Aujourd’hui principalement utilisé dans les emballages alimentaires, les textiles, ainsi que dans des secteurs tels que le médical, l’électronique ou encore l’automobile, le PLA est l’un des premiers polymères renouvelables capable de rivaliser avec les polymères existants en termes de performance.

En mars 2017, nous avons créé, avec Corbion, la joint-venture Total Corbion PLA, destinée à produire et commercialiser des bioplastiques à base de PLA. Notre ambition : devenir le 2ème fournisseur mondial de PLA. Une usine de PLA de taille mondiale (75 000 t/an) est actuellement en cours de construction en Thaïlande. Le démarrage de la production est prévu au 2e semestre 2018.

Développer les bioproduits de demain, grâce à une R&D de pointe

Bioénergies collaboratrice Amyris Bioénergies collaboratrice Amyris

Le développement des biocarburants et bioplastiques pose encore des challenges, principalement d’ordre technologique et économique.

Dans le cadre de notre ambition – devenir la major de l’énergie responsable - l’un de nos enjeux consiste à développer les technologies permettant d’élargir la palette des ressources utilisables et de développer des produits innovants, tout en relevant le défi de la durabilité et de la compétitivité.

Nos équipes de R&D sont mobilisées depuis plus de 10 ans pour faire émerger les bioproduits de demain. La valorisation de la lignocellulose (déchets végétaux) et les microalgues (micro-organismes capables de transformer directement du CO2 en molécules d’intérêt pour nos marchés) constituent deux thématiques au cœur de nos efforts.

Nous y travaillons dans le cadre de collaborations et de partenariats d’excellence avec des start-up, des acteurs académiques et des acteurs industriels : Novogy, Renmatix, Amyris, ou encore les consortiums Futurol et BioTfuel. Développé avec cinq partenaires, ce dernier vise à convertir par voie thermochimique de la biomasse lignocellulosique (paille, résidus forestiers, cultures dédiées…) en biocarburants.  

Les micro-algues ouvrent aussi des perspectives prometteuses. Afin de démontrer le potentiel industriel de cette voie, notre Groupe conduit différents projets de R&D, en partenariats avec des acteurs du monde de la recherche tels que le CEA (France) ou le Qingdao Institute of Bioenergy and Bioprocess Technology (Chine), des universités et/ou d'autres industriels (projet AlgaePARC, projet européen Magnificent).