Incahuasi : voyage au centre de la terre

Type d’exploitation : gaz et condensats
Opérateur : Total (60 %)
Partenaires : Tecpetrol de Argentina, Gazprom
Date de démarrage : 2016

5 636
mètres : profondeur sous terre du champ d’Incahuasi
Portrait d'un opérateur avec rig de forage ICS 3 en arrière plan Portrait d'un opérateur avec rig de forage ICS 3 en arrière plan

Situé en Bolivie, dans le piémont des Andes, le champ gazier d’Incahuasi est enfoui à plus de 5 600 mètres sous terre. Le développement du champ est un défi technique dans cette région montagneuse. 

Un défi technique sur les pentes escarpées du piémont des Andes

Défi technique de tout premier ordre, Total déploie tout son savoir-faire pour accéder à ce champ gazier enfoui à plus de 5 600 mètres sous terre dans un environnement montagneux particulièrement difficile à exploiter, celui du piémont des Andes. Nous posons ainsi près de 150 km de tuyaux sur ces reliefs escarpés où les pentes dépassent souvent les 30° d’inclinaison, pour suivre un tracé qui s’apparente à celui de montagnes russes.

Pour mener à bien ce projet ambitieux, nous avons fait de la sécurité un élément clé. Nous nous sommes ainsi doté d’un centre de formation Hygiène Sécurité Environnement sur le site. La production a démarré. Les trois puits d’Incahuasi et l’usine de traitement du site nous permettront alors de produire quotidiennement 6,5 millions de m³ de gaz et près de 6 000 barils de condensats. 

Favoriser les retombées économiques auprès des populations locales

Nous avons déployé un programme sociétal proactif, visant à maximiser les retombées positives liées à ce projet. Ainsi, un dialogue poussé avec les populations locales a été établi notamment grâce à un important travail de terrain, mené par une équipe d’agents de liaison. Tous les membres de la communauté sont impliqués dans le choix, la mise en œuvre et l’évaluation des initiatives sociétales que nous soutenons.

Notre objectif : promouvoir un développement durable au niveau local notamment dans le domaine de la formation et de l'emploi. De fait, 63 % des 2 300 personnes travaillant actuellement sur le chantier vivent à proximité immédiate, générant d’importantes retombées économiques pour les environs.

Par ailleurs, afin de réduire autant que possible notre empreinte environnementale, nous avons effectué des travaux pour recouvrir entièrement les 150 km de tuyaux (par lesquels seront acheminés le gaz et les condensats).

Médiateur auprès des communautés : la clé de voûte du dialogue local