Les méthaniers brise-glace : des navires 100 % innovants

16/10/2015

Comment exporter du gaz naturel liquéfié (GNL) à partir d’une zone isolée, située au nord du cercle polaire et donc soumise à des conditions climatiques très rigoureuses ? C’est le challenge qu’ont à relever Total et ses partenaires russe Novatek et chinois CNPC sur leur projet russe à terre, Yamal LNG.

Premier défi : l’accès au site. Yamal LNG est  situé dans le Grand Nord, hors des routes maritimes traditionnelles. Seuls quelques navires assistés par des  brise-glaces peuvent aujourd’hui y circuler.

Second défi : la manœuvrabilité. Pour être suffisamment maniables, les navires indépendants brise-glaces qui circulent actuellement dans la zone sont plutôt de petite taille. Or, le gaz liquéfié occupe un volume important. Pour être rentable, son transport doit être assuré par des méthaniers* aux grandes dimensions

Troisième défi : l’impact environnemental. Pour passer à travers des glaces pouvant atteindre plus de deux mètres d’épaisseur, une forte puissance est nécessaire. Mais nous souhaitons utiliser le GNL de cargaison pour la propulsion.

La solution ? Un navire d’un genre nouveau, en cours de construction : le méthanier brise-glace.

Cette innovation permettra :

  • d’accéder à l’usine de liquéfaction de Yamal LNG toute l’année, sans assistance de navires brise-glace, grâce à un système de navigation en marche avant pour les glaces dont l’épaisseur est inférieure à 1,50 mètres, et en marche arrière lorsqu’elle est supérieure (jusqu’à 2,10 m d’épaisseur) ;
  • de manœuvrer facilement dans les glaces malgré les 290 mètres de long et la capacité de cargaison de 170 000 m3, grâce à un système de propulsion sans gouvernail. Trois propulseurs azimutaux, des hélices sous-marines pouvant pivoter à 360°, permettent des changements rapides de direction ;
  • de protéger la cargaison à la fois des impacts de glace et des vibrations, grâce à un renforcement de la coque,  et du froid grâce à une hivérisation des équipements pour résister à des températures pouvant atteindre les -52° C ;
  • de faire tourner des moteurs Diesel au gaz qui produisent ensuite assez d’énergie et d’électricité à partir du GNL pour permettre au bateau d’avancer et de fonctionner.

15 méthaniers brise-glace seront ainsi construits pour Yamal LNG : une cargaison partira du site toutes les 40 heures ! Une première mondiale qui permettra aussi d’assurer l’approvisionnement en gaz de nombreux marchés, principalement asiatiques.

* Navire spécifique au transport du GNL.

Le premier exemplaire de méthanier brise-glace est attendu pour 2016.

Le premier exemplaire de méthanier brise-glace est attendu pour 2016.