Total et l’Angola : 60 ans d’une histoire commune

31/03/2014

Actualités

« Aujourd’hui, nous célébrons l’entreprenariat, l’audace et la ténacité. » À l’occasion des 60 ans de Total en Angola, Christophe de Margerie, Président directeur général, est revenu sur l’histoire de son Groupe dans le pays.

Si l’aventure avait débuté modestement en 1953, Total en est aujourd’hui le premier opérateur avec environ 600 000 barils opérés par jour. Ses activités se sont accélérées au début des années 2000, lors de la fin de la guerre civile. Le projet Girassol, sur le bloc 17, a ouvert le bal en 2001. Sur ce même Golden Block, suivront successivement, presque tous les 3 ans, les projets Rosa, Dalia, Pazflor et bientôt CLOV. Une performance qui a fait de l’Angola une vitrine de l’excellence opérationnelle et technologique du Groupe* en offshore profond, lui permettant d’être choisi pour le développement de Libra, le plus grand gisement pré-salifère jamais découvert au Brésil.

Du deep offshore à l’ultra deep-offshore
Le bloc 32 – sur lequel se situe le projet Kaombo qui devrait être lancé très prochainement – symbolise la « relève » de ce Golden Block. L’expertise de Total lui permet de développer des réservoirs plus modestes et dispersés à des profondeurs pouvant atteindre 2 200 mètres de profondeur d’eau. Ce nouveau défi est aujourd’hui possible grâce aux innovations technologiques très récentes en matière d’acquisition et d’imagerie sismique, ainsi qu’aux progrès réalisés en matière d’équipements sous-marins.

Total prépare également l’après-bloc 32 : en décembre 2011, le Groupe est entré sur des permis d’exploration dans le bassin de la Kwanza Sud. Les réservoirs visés sont situés sous une épaisse couche de sel et nécessiteront des investissements toujours plus high tech. En explorant cette thématique, dite du « pré-salifère », Total espère reproduire les énormes découvertes faites au large du Brésil dans des formations géologiques similaires.

Une contribution active au développement de l’Angola
En Angola, comme dans le reste du monde, Total s’attache à participer au développement économique local. Le Groupe a des objectifs ambitieux : poursuivre ses efforts sur l’emploi en se fixant comme défi plus de 80 % de salariés angolais dans la filiale en 2017, contre environ 74 % aujourd’hui. Ou encore réaliser 13,5 millions d’heures travaillées localement pour le projet Kaombo, soit presque quatre fois plus que sur Pazflor. Le tout dans un contexte de déficit d’infrastructures et de compétences. Pour y pallier, le Groupe investit chaque année 17 millions de dollars dans la formation. Plus que jamais, Total fait le pari de l’Angola et d’un développement partagé.

* En 2013, Total a remporté le prix de l’Offshore Technology Conference de Houston pour le projet Pazflor. En 2003, Total avait déjà obtenu cette distinction prestigieuse pour le projet Girassol.

Démarrage des projets Total

Nous contacter