Angola : un partenariat renforcé entre Total et Sonangol

Permis d'exploration en offshore profond, réseau de stations-service en Angola, formation : retour sur les accords signés entre Sonangol et Total.
Lire le transcript: 
Arnaud Breuillac - Président Exploration-Production Total 
 
Aujourd’hui est une nouvelle étape pour notre relation avec Sonangol et l’Angola.
 
Nous avons signé plusieurs accords à l’occasion de la visite du Président Lourenço à Paris.
 
Patrick PouyannéPrésident Directeur Général Total 
 
On est la première société pétrolière à re-signer des accords avec l’Angola depuis plusieurs années.
 
Carlos SaturninoPrésident du Conseil d'administration Sonangol 
 
Le premier accord est un contrat pour faire l’exploration de la concession du bloc 48.
 
C’est un bloc en eaux profondes situé au nord du pays où il n’y a pas eu d’investissement jusqu’à maintenant.
 
C’est un message à l’industrie pétrolière en Angola et à l’extérieur.
 
Patrick Pouyanné
 
C’était une cible. Quand j’ai commencé en Angola on en parlait déjà.
 
Les géologues nous disaient « il faudrait un jour rentrer dans ce bloc ». Et voila !
 
Ça prouve que Total continue à explorer, notamment en Afrique qui est un des berceaux historiques du Groupe, et notamment le deep offshore.
 
Les découvertes majeures, Dalia, Girassol, CLOV sont entrées en production. 
 
Maintenant, il nous reste des champs satellites comme Zinia 2.
 
Arnaud Breuillac
 
Les efforts pour lancer le projet Zinia 2 qui n’était pas un projet très facile, ont été d’une part l’optimisation du design - On a travaillé d’ailleurs avec nos contractors et bien sûr avec Sonangol et le Ministère du Pétrole, pour obtenir une fiscalité plus avantageuse qui nous protège notamment en cas de baisse du prix du baril.
 
Donc c’est un projet qui est dans l’air du temps.
 
Carlos Saturnino
 
Le deuxième accord concerne l’association de Total et Sonangol pour la commercialisation et le marketing de produits raffinés en Angola. C’était l’un des rares pays africains où nous n'étions pas implantés dans la distribution de produits pétroliers. 
 
Patrick Pouyanné
 
C’est un symbole d’ouverture à la concurrence, de la libéralisation en Angola, ce qui est un bon signal pour des investisseurs comme Total. Et puis le deuxième symbole, c’est que, comme je le dis souvent, le Marketing & Services, la distribution de produits pétroliers est le lien qu’il y a entre nous, société productrice de pétrole, et le client final. 
 
C’est très important lorsqu’on parle de responsabilité sociétale d’établir ce lien notamment à travers l’un des métiers de base de l’entreprise.
 
Carlos Saturnino
 
Le troisième accord concerne la formation des personnels. Avec Total, nous allons avoir 50 bourses d’études dans des universités françaises. 
Nous souhaitons assurer l’avenir avec une nouvelle génération de cadres grâce à des formations différentes. 
 
Arnaud Breuillac
 
L’Angola a besoin de développer ses ressources naturelles mais aussi humaines et nous sommes très contents de cela. Nous avons beaucoup d’activités en Angola, beaucoup de champs sont en production, et nous avons un nouveau grand projet qui doit démarrer cet été, avec le FPSO de Kaombo Norte.
 
 
Donc, c’est un grand jour !
 

Partagez ce contenu

  • LinkedinPartagez