Nos activités en Algérie

Depuis près de 70 ans, Total est présent en Algérie. Découvrez nos activités et nos projets sur l’ensemble de la chaîne de valeur du pétrole et du gaz, ainsi que dans le GNL et le solaire.

[TOTAL EN ALGERIE]

[Jean-Pascal Clémençon, directeur général Total E&P Algérie – country chair]

Jean-Pascal Clémençon : Les activités de Total dans le pays couvrent l'intégralité de la chaîne de valeur de pétrole et de gaz. La collaboration avec Sonatrach a évolué de manière très significative depuis deux ans. En avril 2017 a été signé un accord global et depuis lors, nous avons eu cesse de signer de nouveaux accords.

[EXPLORATION-PRODUCTION]

[Elias Kassis, vice-président Afrique du Nord – Exploration-Production]

Elias Kassis : En 2017, la production du Groupe en Algérie était de 15 000 barils/jour équivalent gaz. 2019, deux ans après, nous avons aujourd'hui une production qui est de l'ordre de 70 000 barils/jour. Il y a eu la mise en production du champ Timimoun, en février 2018. Il y a eu la reconduction de TFT avec un nouveau contrat de 25 ans, une deuxième vie de ce champ et il y a eu, en octobre 2018 ,la signature d'un autre contrat TFT sud ou Erg Issaoune.

Jean-Pascal Clémençon : Le Groupe a acquis Maersk Oil qui nous a permis d'entrer dans les champs d’El Merck, Berkine et Ourhoud et donc de compléter notre présence gazière par une présence dans la production de pétrole.

Elias Kassis : Mais on va plus loin, on envisage aussi de l'exploration offshore. Ce sera une première, avec Sonatrach et notre partenaire ENI, qui s'inscrit pleinement dans cette valeur d'esprit pionnier du Groupe.

[MARKETING & SERVICES]

Jean-Pascal Clémençon : Total est présent de manière beaucoup plus récente, au début des années 2000, dans le Marketing et Services avec la distribution de bitume en 99 et la distribution de lubrifiants en 2003.

[Stéphane Talleneau, directeur général Total Lubrifiants & Total Bitumes Algérie]

Stéphane Talleneau : Pour l'activité Bitume nous commercialisons environ 90 000 tonnes de bitume, ce qui représente 15 % de parts de marché. Pour l'activité Lubrifiants, nous commercialisons environ 31 000 tonnes, pour une part de marché d'environ 18 %. Enfin, nous avons un réseau de 110 Total Quartz Auto Service et nous avons inauguré le premier Total Truck Center, Total Rubia Truck Center, dans la région d'Alger à Blida fin 2018. Le projet structurant pour Total Lubrifiants Algérie est la construction de notre Blending sur la zone industrielle d'Arzew-Betiouïa qui est proche d’Oran. C’est un Blending de 40 000 tonnes qui nous permettra de produire localement les produits dont nous avons besoin.

[RAFFINAGE-CHIMIE]

Jean-Pascal Clémençon : En octobre 2018, nous avons signé un accord sur un projet de pétrochimie à Arzew près d'Oran qui va nous permettre de développer un projet de polypropylène.

[Mehdi Koudjeti, directeur Développement des Affaires – Raffinage-Chimie]

Mehdi Koudjeti : En Algérie, c'est une première pour le Groupe puisque c'est le premier investissement dans le Raffinage-Chimie. On envisage la production de 550 000 tonnes de polypropylène par an, ce qui situe ce projet dans les plus grandes unités de ce type à l'échelle mondiale. Les premiers travaux ont débuté pour un démarrage de l'unité dans le courant de l'année 2023. Ce projet en lui-même va consister en une usine qui va fabriquer du plastique, du polypropylène, à partir de la matière première du propane. En transformant le propane en polypropylène, un pays comme l'Algérie pourra mieux vendre son produit sur les marchés internationaux, puisque une tonne de polypropylène vaut environ 2 fois ce que vaut une tonne de propane actuellement commercialisée.

[GNL]

[Philip Olivier, directeur général Global LNG SAS – Gas Renewables & Power]

Philip Olivier : Sonatrach s’est lancé dans le commerce du GNL en 1964 avec l’Angleterre et un an plus tard avec la France.

Jean-Pascal Clémençon : L'acquisition de Engie GNL par le Groupe nous a permis, dans les activités de la branche GRP (Gas Renewables & Power), de rentrer dans la chaîne de valeur GNL.

Philip Olivier : La relation avec Sonatrach est très importante car le contrat d’approvisionnement GNL d’Algérie vers la France est le plus gros contrat de notre portefeuille, et réciproquement. Total est le plus gros acheteur de GNL de Sonatrach. Nos équipes travaillent à étendre ce partenariat de long terme. Nos équipes travaillent également à un accord de coopération sur les transactions de GNL, qu’elles soient physiques ou financières. Notre partenariat va donc continuer de se développer dans les années à venir.

[SOLAIRE]

[Sam Kalami, directeur Développement des Affaires, Moyen-Orient et Afrique du Nord – Gas Renewables & Power]

Sam Kalami : L’Algérie est un pays formidable pour le développement de projets solaires. Il faut bien comprendre qu'aujourd'hui, l'électricité consommée en Algérie provient principalement de la combustion de gaz. Demain, si une part de cette électricité est remplacée par de l'électricité générée par les panneaux solaires, cela permettra d'économiser du gaz pour le pays algérien.

[Franck Léglise, responsable Appels d’offre & Afrique – Gas Renewables & Power]

Franck Léglise : Nous avons travaillé avec Sonatrach ces derniers mois pour identifier quelques projets de référence. Le premier d'entre eux s'installera sur une centrale détenue par Total et Sonatrach. Et ensuite, le plus gros d'entre eux a été identifié sur le bassin de Berkine pour environ 150-200 mégawatts.

Jean-Pascal Clémençon : Aujourd’hui, je crois pouvoir le dire, nous sommes un partenaire de choix de Sonatrach. C'est un partenariat qui est extrêmement constructif et qui nous permet d'accompagner notre ambition dans le pays qui est le développement énergétique au sens large. Nous sommes rentrés dans une phase de croissance très intéressante avec Sonatrach.

Partagez ce contenu

  • LinkedinPartagez

À lire sur total.com