Statement - 30/09/2019

30/09/2019

Interpellation d’organisations non gouvernementales sur les projets du Groupe en Ouganda : les réponses de Total

  • Le plan de vigilance de Total identifie les risques pouvant résulter de nos activités, que ce soit envers les droits humains, les libertés fondamentales, la santé, la sécurité des personnes et l’environnement. Les mesures de prévention propres à prévenir ces risques y sont également présentées.
  • Ce plan de vigilance est intégré au Document de Référence du Groupe, disponible sur internet. 
  • La loi sur le devoir de vigilance retient une approche générale par typologie de risques et ne prévoit pas une publication des risques projet par projet.
  • La gestion des risques associés à nos opérations ne relève pas du compte-rendu du plan de vigilance mais de la mise en œuvre de plans d’actions, des procédures en vigueur dans le Groupe et des autres mesures élaborées pour chaque projet sur la base notamment des études d’impact. Les mesures visant à prévenir les risques identifiés ont effectivement été mises en œuvre par Total E&P Uganda et ses partenaires pour les projets EACOP et Tilenga.
  • Total E&P Uganda et ses partenaires ont ainsi réalisé des évaluations détaillées (ESIA – Environmental and Social Impact Assessment) des impacts sociétaux (accès à la terre et à l’eau notamment) et environnementaux potentiels des projets Tilenga et EACOP. Elles ont permis de mettre en place les mesures afin d’éviter ces impacts ou de les minimiser.
  • Ces études d’impact ont été conduites dans le respect des standards nationaux et internationaux, en particulier ceux de l’IFC qui sont parmi les plus stricts en matière environnementale et sociétale. Elles ont nécessité la consultation de près de 70 000 personnes en Ouganda et en Tanzanie.
  • Les projets Tilenga et EACOP ont été conçus de façon à limiter au maximum l’impact sur les populations locales et si possible à contribuer à améliorer leur qualité de vie, en limitant les relocalisations et en accompagnant les personnes concernées. Les plans de relocalisation s’attachent à limiter au maximum les déplacements physiques des personnes concernées, ainsi que l’impact engendré sur leurs conditions de vie, et font l’objet d’un suivi régulier par les équipes en charge de ce projet au sein de notre Groupe.
  • Dans le cadre du premier plan de relocalisation du projet Tilenga, 622 personnes sont concernées, qu’ils s’agissent de propriétaires de terrains ou d’occupants.
  • Les propriétaires avaient le choix entre une indemnisation financière ou en nature. 31 ont opté pour l’indemnité en nature : 1 propriétaire de terrain sans maison et 30 propriétaires de résidence principale qui seront relogés dans des conditions au moins aussi favorables que celles dont elles bénéficiaient. 591 personnes ont opté pour l’indemnisation monétaire, dont la valeur a été déterminée sur la base d’expertises indépendantes et approuvée par les autorités compétentes. D’autres mesures d’accompagnement ont été mises en œuvre au bénéfice des populations locales et continueront de l’être. 
  • Total a conscience des impacts potentiels pour les populations locales et veille en permanence dans le cadre d’un dialogue transparent à s’assurer de la bonne prise en compte des préoccupations émises.  A chaque étape de la mise en œuvre du projet, les parties prenantes sont informées et consultées.