Egina : un projet phare pour Total et le Nigeria

Type d’exploitation : offshore très profond
Opérateur : Total (24 %)
Partenaires : CNOOC, Petrobras Sapetro
Date de démarrage : 2018

200 000
barils/jour : capacité de production prévisionnelle du champ Egina dès 2018
Vue du FPSO du projet Egina Vue du FPSO du projet Egina

A 130 kilomètres des côtes du Nigeria et par plus de 1 500 mètres de fond, le champ pétrolier Egina compte parmi nos projets offshore très profond les plus ambitieux. Un projet en majorité développé localement pour accélérer les transferts de technologies et  développer le tissu industriel local.

Un projet stratégique en eaux très profondes

C'est en décembre 2014 qu'a démarré notre campagne de forage sur le champ Egina. Un projet intense mobilisant 2 rigs, pour près 3 000 jours en cumulé. Sur un total de 44 puits, 5 puits ont déjà été forés et 13 autres le seront pour le démarrage de la production… Le tout entre 1 400 et 1 700 m de profondeur d’eau.

Il repose sur un système de production sous-marine connecté, par des ombilicaux et risers, à un FPSO (unité flottante de traitement, de production et de stockage) conçu pour stocker 2,3 millions de barils.

 

À lire aussi

Flow assurance ou écoulement des hydrocarbures, découvrez le sujet sur notre site Exploration-Production, grâce à Dominique Larrey et Thierry Palermo, nos deux experts en offshore profond.

egm-1.jpg

Le développement d’Egina est un défi au regard de la profondeur d’eau, une des plus importantes jamais atteinte pour un champ opéré par Total.

Jean-Michel Guy
directeur d’Egina

Nos engagements sociétaux

Egina est un projet phare pour notre Groupe, et c’est surtout un projet nigérian. Chez Total, l’engagement à l'égard des pays hôtes où nous sommes implantés est l’une des clés de notre réussite.

Nous avons relevé l’ambitieux défi de participer au développement pérenne du tissu industriel local en rassemblant autour de la table des sociétés internationales et des entreprises locales. L’objectif : accélérer le transfert de compétences et de technologie, par la formation (plus de 410 000 heures au total) des employés nigérians. Un partenariat gagnant-gagnant qui devrait permettre à notre Groupe et au Nigeria de poursuivre leur histoire, commencée il y a plus de 50 ans.

Concrètement, 21 millions d’heures seront effectuées au Nigeria, soit 70 % des heures travaillées prevues sur le projet. 58 000 tonnes d’équipements vont également être produites sur place, soit 34 % du total. Enfin, des infrastructures vont être développées et d’autres construites dans le pays, notamment un quai de 500 mètres de long pour assembler le FPSO (unité flottante de traitement, de production et de stockage), qui pourra ensuite être utilisé pour d’autres projets industriels.