Egina : un projet offshore historique, axé sur le contenu local

Pays : Nigeria
Production : pétrole
Exploitation : offshore très profond
Opérateur : Total (24 %)
Partenaires : CNOOC, Petrobras Sapetro
Démarrage : 2018

200 000
barils/jour : capacité de production prévisionnelle du champ Egina
FPSO Egina, Nigeria FPSO Egina, Nigeria

À 130 kilomètres des côtes du Nigeria et plus de 1 500 mètres de profondeur, le champ pétrolier Egina compte parmi nos projets offshore très profond les plus ambitieux. Développé majoritairement en local pour dynamiser le tissu industriel nigérian et favoriser les transferts de compétences, le projet est en voie de finalisation et produira 200 000 barils de pétrole par jour, soit 10 % de la production nationale.

Un projet gigantesque en eaux très profondes

Découvert en 2003, le champ se situe dans des profondeurs d’eau entre 1 400 et 1 700 mètres, à 200 kilomètres au large de Port Harcourt. Il est exploité par Total à hauteur de 24 %, en partenariat avec NNPC, CNOOC, Sapetro et Petrobras. La campagne de forage a débuté en décembre 2014 pour une mise en production prévue fin 2018.

Le projet repose sur un système de production sous-marine connecté à un FPSO (unité flottante de production, de stockage et de déchargement) conçu pour stocker 2,3 millions de barils. Ce vaisseau, qui pèse près de 220 000 tonnes et mesure 330 mètres de long sur 60 mètres de large, est le plus grand FPSO jamais construit par le Groupe. Une fois la construction finalisée, il sera relié à 44 puits sous-marins situés à 1 600 mètres de profondeur et devrait produire 200 000 barils de pétrole par jour.

egm-1.jpg

Le développement d’Egina est un défi au regard de la profondeur d’eau, une des plus importantes jamais atteinte pour un champ opéré par Total.

Jean-Michel Guy
directeur d’Egina

Opérer en offshore très profond requiert une expertise pour faire face aux conditions difficiles : températures basses, pression élevée. En s’appuyant sur des compétences acquises depuis près de 20 ans, Total est devenu le leader mondial de ce domaine d’expertise : chaque jour, nous opérons plus de 800 000 barils, qui représentent 40 % de notre production opérée d’hydrocarbures.

Sur le champ d’Egina, nous innovons au quotidien pour faire face aux défis de l’offshore très profond. Par exemple, nous utilisons le système de production subsea ou l'outil Vclay, grâce auquel les équipes obtiennent des informations plus approfondies et une interprétation plus précise du réservoir et du positionnement des puits.

Schéma de développement du projet Egina, Nigeria Schéma de développement du projet Egina, Nigeria

Un bel exemple de développement local

Avec Egina, l'Afrique accueille pour la première fois l'un des plus grands chantiers pétroliers au monde. Pour Total, l’enjeu est de taille. Notre engagement à l'égard des pays hôtes où nous sommes implantés est en effet l’une des clés de notre réussite.

Notre politique de développement local s’articule autour de 3 grands axes : la formation et le recrutement de personnel local, l'achat de biens et de services locaux et le développement des infrastructures.

Total, le NCDMB (Nigerian Content Development Monitoring Board) et les principaux contractants du projet se sont ainsi fixé un objectif ambitieux : offrir à plus de 200 étudiants nigérians des formations d’ingénieur et de technicien, afin de développer leurs compétences dans ces métiers et d’accroître leur employabilité.
Aujourd’hui, plus de la moitié des acteurs impliqués dans la construction des installations sont nigérians, et près de 75 % des heures travaillées sur le projet ont été effectuées sur place, à Port Harcourt ou à Lagos.
Nous avons également prévu de produire 58 000 tonnes d’équipements sur place, soit un tiers de cet immense ensemble. Enfin, des infrastructures ont été développées et construites dans le pays, notamment un quai de 500 mètres de long : après avoir servi à l’assemblement du FPSO, ce quai pourra ensuite être utilisé pour d’autres projets industriels.

Un partenariat gagnant-gagnant qui devrait permettre à notre Groupe et au Nigeria de poursuivre leur histoire, commencée il y a plus de 50 ans.