Yamal LNG, le gaz qui vient du froid

Type de production : GNL
Opérateur : Yamal LNG
Partenaires : Novatek (50,1 %), Total (20 %), CNPC (20 %) et Silk Road Fund (9,9 %)
Date de démarrage : 2017

16,5
millions de tonnes : capacité de production annuelle de GNL de Yamal
yamal_visuel_une.jpg yamal_visuel_une.jpg

Parmi les leaders mondiaux du gaz naturel liquéfié (GNL), Total s’appuie sur des positions solides et diversifiées sur l’ensemble de la chaîne de valeur du GNL. L’un des projets emblématiques du Groupe est Yamal LNG, situé dans le grand nord de la Russie.

Un projet complexe parmi les plus compétitifs

Lancé fin 2013, Yamal LNG est l’un des projets de GNL parmi les plus grands et les plus complexes au monde, et fait également partie des plus compétitifs car bénéficiant des immenses ressources gazières à terre de la péninsule de Yamal en Russie. C’est avec nos partenaires Novatek, CNPC et Silk Road Fund, que nous développons le gigantesque gisement de gaz et de condensats de South Tambey.

Ce projet vise à exploiter plus de 4 milliards de barils équivalent pétrole de réserves gazières. Pour ce faire, ce sont plus de 200 puits qui ont été forés et trois trains de liquéfaction d’une capacité de 5,5 millions de tonnes chacun qui ont été construits. Près de 16,5 millions de tonnes de GNL transiteront, chaque année, par le port de Sabetta. Toute la production de GNL est vendue à des clients européens et asiatiques, via des contrats de 15 à 20 ans.

Un véritable défi technologique

Yamal LNG est situé au-delà du cercle polaire, sur l’estuaire de la rivière Ob, dans une région sauvage enclavée et gelée 7 à 9 mois par an, où, en hiver, la température peut chuter jusqu’à -50°C.

Pour garantir sa stabilité dans le permafrost (sol gelé en profondeur qui ne dégèle en surface que les mois d’été), l’usine a été construite sur des dizaines de milliers de pilotis de diamètre et de profondeur variables, une solution déployée à une échelle inédite sur le site de Yamal LNG.

À lire aussi

Des fondations sur permafrost : découvrez les défis de la construction de Yamal LNG sur notre site Exploration Production

Au début du projet, ce site ne disposait d'aucune voie d'accès terrestre ou maritime. Ainsi, pour faciliter l’acheminement des équipements et des personnels, un hub régional de transport de grande capacité a été construit à partir de 2011, comprenant un port – le port de Sabetta - et un aéroport international.

De plus, pour acheminer le GNL dans ces conditions extrêmes, Total et ses partenaires ont conçu un navire d'un nouveau genre : le méthanier brise-glace. Cette solution innovante permet d'assurer le transport de GNL tout au long de l'année et sans l'assistance de brise-glace. Long de 300 m, ce bateau d'une capacité de 172 600 m³ peut naviguer dans des glaces atteignant jusqu'à 2,1 m d'épaisseur. Quinze méthaniers brise-glace seront progressivement mis en service d’ici 2019 : le méthanier « Christophe de Margerie » est le premier d’entre eux.

La route du nord

Pour déverrouiller l’accès aux immenses ressources gazières de l’Arctique russe, Yamal LNG inaugure une nouvelle grande route de transport maritime de GNL. La route du Nord permet en effet de rejoindre l’Asie en 15 jours par le détroit de Béring contre 30 jours pour la voie traditionnelle, par le canal de Suez. Ce trajet est réalisable entre mai et novembre, lorsque les conditions de glace le permettent. Une prouesse rendue possible par la polyvalence de méthaniers d’un genre nouveau, également brise-glace.

Yamal LNG, l’atout gaz de Total en Russie