Promouvoir les biocarburants durables

23/04/2019
Vue d’une autoroute avec des voitures et des camions circulant. Promouvoir les biocarburants durables

Le transport routier, qui représente environ 50 % de la demande totale en produits pétroliers, utilisera encore des carburants liquides dans de nombreuses années. Renouvelables et faiblement émettrices de CO2, les bioénergies sont une ressource essentielle pour baisser les émissions liées au transport. Depuis les années 1990, nous sommes engagés dans la filière des bioénergies et développons toutes les voies de valorisation de la biomasse qui permettent de produire des biocarburants. Producteurs de biocarburants depuis plus de 20 ans et leaders de leur distribution en Europe, nous avons fait de cette énergie d’avenir un axe de notre stratégie.

Développer des biocarburants pour un transport plus durable

Par l’industrialisation de la biomasse, nous produisons notamment des biocarburants durables, de l’éthyle tertio-butyle éther (ETBE), incorporable dans les essences, et de l’huile végétale hydrotraitée (HVO) pour le gazole.

Le HVO est un biodiesel de haute qualité : 100 % d’origine renouvelable, il est produit à partir d’une large variété d’huiles végétales ou d’huiles usagées, résiduelles et de graisses animales. A la clé : une réduction significative des émissions de CO2 mais aussi des particules et des NOx (Oxyde d’azote). Le HVO peut être intégré sans limites au carburant fossile, sans impact sur les moteurs.

Nous avons choisi d’investir dans cette énergie, comme le montre notre projet de transformation de la raffinerie La Mède. Première bioraffinerie de taille mondiale en France et une des plus grandes d’Europe, cette installation va permettre de produire 500 000 tonnes de biodiesel de type HVO par an pour répondre à la demande croissante en biocarburants.

La Mède : une bioraffinerie à l'approvisionnement responsable

La bioraffinerie de La Mède a été conçue pour produire un biodiesel de qualité et responsable. Le HVO sera produit à hauteur de 60 à 70 %, à partir d’huiles végétales brutes (carinata, colza, maïs, palme, tournesol, soja…), toutes certifiées durables selon les critères de l’Union Européenne ; et à hauteur de 30 à 40 %, à partir de produits issus de l’économie circulaire (huiles usagées, résiduelles et graisses animales).

Fidèles à notre ambition de devenir la major de l’énergie responsable, nous avons pris les engagements suivants :

  • limiter l’approvisionnement de La Mède en huile de palme brute : le volume traité sera inférieur à 50 % des huiles utilisées, soit 300 000 tonnes par an maximum ;
  • promouvoir un label de certification durable de haute qualité auprès de l’Union Européenne, de type ISCC (International Sustainability and Carbon Certification), ou de toute autre certification équivalente reconnue par la Commission Européenne. Pour cela, nous avons mis en place une équipe dédiée qui s’assurera du respect des critères de durabilité par l’ensemble de la chaîne logistique, et veillera en particulier à ce que l’approvisionnement soit issu de producteurs certifiés RSPO (Roundtable on Sustainable Palm Oil).

Mobilité durable : un mix de solutions

Des véhicules légers aux poids lourds, Total s’engage pour développer une offre de solutions complémentaires afin de rendre la mobilité plus propre et plus efficace.

Total se positionne ainsi sur le biogaz, avec par exemple son incorporation dans le Gaz Naturel pour Véhicules (GNV) pour camion via notre filiale Clean Energy aux États-Unis, et sur l’hydrogène, avec le déploiement de stations-service en Allemagne dans le cadre de la joint-venture H2 Mobility Germany.

LE BIOKÉROSÈNE, UN CARBURANT PLUS RESPECTUEUX DE L’ENVIRONNEMENT

Promouvoir les biocarburants durables 2

D’ici à 2030, le nombre de passagers transportés par voie aérienne devrait passer de 3 à 6 milliards par an. Pour apporter des réponses concrètes au défi climatique, le secteur du transport aérien s’est engagé à réduire de moitié ses émissions nettes de gaz à effet de serre (GES) d’ici à 2050 par rapport au niveau d’émissions de 2005.

Le biokérosène a un rôle à jouer pour atteindre ce résultat. Nous avons ainsi mis en place des actions variées et complémentaires dans ce domaine :

  • le projet Lab’line for the future : lancé en 2016, ce dispositif prévoit au moins un vol par semaine avec du biokérosène pour la navette Air France entre Paris et Toulouse (France) ;
  • l’utilisation de biokérosène pour les vols de livraison des modèles Airbus des compagnies Cathay Pacific et Air China ;
  • la signature des engagements pour la croissance verte avec le ministère de l’Écologie et de la Transition solidaire et le ministère des Transports, en France. L’objectif : définir les meilleures conditions de production et de commercialisation des carburants propres pour le transport aérien en France.