Produits pétroliers : efficacité énergétique et biocarburants

La part du pétrole représente aujourd’hui 30 % du mix énergétique mondial et serait, en 2040, de l’ordre de 20 % selon le Scénario Développement Durable (SDS) de l’Agence internationale de l’énergie (AIE). C’est pourquoi nous cherchons à développer des projets pétroliers à coûts compétitifs et dans le respect des meilleurs standards en matière de sécurité et d’environnement. Nous travaillons également à améliorer l’efficacité énergétique de nos sites de production et à développer des biocarburants.

Réduire nos émissions grâce à l'efficacité énergétique

L’efficacité énergétique est la clé pour poursuivre la diminution de nos émissions directes de gaz à effet de serre (GES), déjà réduites de 50 % sur nos activités opérées par rapport à 2005. Une baisse atteinte notamment grâce à la limitation du brûlage et à l’optimisation de nos installations

Pour poursuivre nos efforts, nous avons choisi deux axes prioritaires : 

  • réduire le brûlage de routine des gaz associés à notre production : dès 2000, nous avions pris l’engagement de ne plus recourir au brûlage de routine sur nos nouveaux projets. En 2014, nous avons été la première compagnie à rejoindre la Banque mondiale dans la construction et le lancement de Zero Routine Flaring by 2030. Cette initiative regroupe plusieurs compagnies pétrolières et gazières, pays producteurs et institutions internationales qui partagent une ambition commune : mettre fin au brûlage des gaz associés à la production d'ici à 2030, avec un objectif intermédiaire de réduction du brûlage de 80 % entre 2010 et 2020. Un objectif que notre Groupe a atteint dès 2017.
  • optimiser l’efficacité énergétique de nos installations, afin de mieux maîtriser leur consommation d’énergie et renforcer ainsi leur performance. Nous avons déjà amélioré cette efficacité énergétique de 1 % par an en moyenne sur la période 2010-2020. Pour y parvenir, nous avons fait évoluer les architectures et les équipements et introduit des innovations technologiques. A titre d’exemple, nous avons installé des systèmes de récupération de chaleur en sortie de turbines à gaz, évitant ainsi le recours à des fours ou chaudières.

En février 2019, nous nous sommes fixé un objectif de réduction des émissions de GES (Scope 1 & 2) sur nos installations oil & gas opérées : de 46 Mt CO2e1 en 2015 à moins de 40 Mt CO2e en 2025. Les émissions Scope 1 et 2 concernent respectivement les émissions directes de GES et les émissions indirectes liées à la consommation d’énergie. 

Par ailleurs, nous ne développons pas de projets pétroliers en zone de banquise arctique et nous ne développerons plus de projets de sables bitumineux du Canada.

Nous accompagnons également nos clients dans l’amélioration de leur efficacité énergétique en leur offrant des produits et des services qui contribuent à réduire leur empreinte carbone.

1 Mt CO2e : millions de tonnes de CO2e

50  
%
de réduction de nos émissions directes de GES* sur nos installations depuis 2005
* Gaz à effet de serre
Plus de 10  
%
de gain d’efficacité énergétique sur nos installations depuis 2010
O  
brûlage de routine des gaz associés à la production d’huile à horizon 2030

Développer des biocarburants

Pour être considérés comme tels en Europe, les biocarburants doivent émettre sur leur cycle de vie moins de 50 % de CO2e par rapport à leurs équivalents fossiles. Ils sont produits à partir de matières premières renouvelables ou de déchets. Depuis plus de 20 ans, nos efforts de R&D se traduisent par la production et la distribution de biocarburants toujours plus performants.  

Nous avons choisi d’investir dans cette énergie, comme le montre notre projet de reconversion de la raffinerie La Mède. Première bioraffinerie de taille mondiale en France et l'une des plus grandes d’Europe, cette installation a une capacité de production 500 000 tonnes de biodiesel de type HVO (huile végétale hydrotraitée) par an pour répondre à la demande croissante en biocarburants.

Notre Groupe travaille, par ailleurs, à l’émergence des biocarburants de 2e génération destinés à compléter les biocarburants de 1re génération encore majoritairement produits dans le monde. Produits à partir de végétaux non utilisés pour l’alimentation humaine et animale, ces biocarburants posent des défis en matière de disponibilité, de collecte et de technologie. Ces 10 dernières années, nous avons consacré plus de 500 millions d’euros à la recherche dans ce domaine. Que ce soit via nos propres laboratoires ou au travers de partenariats R&D, nous étudions toutes les voies de valorisation de la biomasse.
 

Couverture Rapport Climat 2019

Notre Rapport Climat 2019

PDF - 1.79 Mo

Zéro brûlage de routine d’ici 2030

Une initiative de la Banque mondiale contre le brûlage
Indicateurs climat

Sustainable performance

Nos indicateurs Climat sur un site dédié