Préserver le territoire des loutres de mer

Aux îles Shetland, il y a un projet gazier, mais il y a aussi des loutres de mer, des tourbières, des ruines préhistoriques... et des hommes qui font des prouesses pour préserver ce site exceptionnel.
Lire le transcript: 

Histoire d'un défi
Laggan-Tomore
Îles Shetland | Grande-Bretagne
Préserver le patrimoine naturel

A l'écran
Images panoramiques de la mer
Carte : zoom sur les îles Shetland, site de Sullom Voe

Voix-off - Nous sommes dans les Îles Shetland au nord de l’Écosse. Ici au milieu d’une nature farouche et fragile, Total construit le centre de traitement de gaz du projet Laggan-Tormore. Le défit est de taille : réaliser les travaux en préservant le patrimoine naturel et historique exceptionnel du site. Responsable Environnement du chantier, Richard Southern nous dit pourquoi.

A l'écran
Images de synthèse du projet / visuels des travaux
Richard Southern, Environnementaliste, Total E&P UK - Ce site est unique. Il concentre une grande variété d'espèces protégées, des loutres de mer, des phoques et des oiseaux nicheurs, au sein d'un habitat de tourbières où la couverture végétale est très importante.

A l'écran
Images des paysages et de la faune environnante

Voix-off - Des solutions inédites ont été mises en place pour relever ce défit. La plus spectaculaire : stocker la tourbe du site pour mieux lutter contre le réchauffement climatique. Un engagement sans précédent. Enlevée pendant les travaux de terrassement, la tourbe est entreposée dans deux immenses silos construits spécialement.

A l'écran
Images des immenses silos contenant la tourbe
Richard Southern - Gérer ces centaines de milliers de tonnes de tourbe a été un défi important pour Total. Stocker la tourbe dans ces réservoirs, derrière moi, c'est une première mondiale. Ces réservoirs permettent de maintenir la tourbe dans un état anaérobie afin d’éviter qu’elle se dégrade et qu’elle émette du dioxyde de carbone.

A l'écran
Image panoramique du chantier et de la nature environnante

Voix-off - La tourbe sera remise en place après le démantèlement du centre de traitement vers 2026 pour que le site retrouve son état naturel d’origine.

A l'écran
Images de synthèse du centre de traitement
Images du site à l’état naturel

Voix-off

- Le chantier est situé au milieu d’une nature sauvage, où vivent un grand nombre d’espèces protégées. Afin de ne pas déranger ces animaux pendant la saison de reproduction, des zones d’exclusion ont été mises en place. Leur accès est interdit aux ouvriers.

A l'écran
Vidéo accélérée du chantier
Image du panneau "Attention, traversée de loutres !"
Images des zones d'exclusion, avec le panneau "Ecological exclusion zone – No Unauthorised entry"

Voix-off Sur place, des spécialistes viennent vérifier que les travaux ne perturbent ni l’habitat, ni les habitudes de la faune de l’île. John Campbell, expert des loutres de mer des Shetland raconte.

A l'écran
Images des travaux puis de John Campbell marchant et regardant à travers ses jumelles
John Campbell, spécialiste des loutres de mer, Shetland Otters
Une partie de mon intervention consiste à suivre l'activité des loutres de mer sur les sites d'implantation du centre de traitement de gaz et des pipelines. J'effectue une surveillance visuelle, je cherche des traces de leur présence, je prends note des observations faites par les ouvriers. Ils sont maintenant fascinés par les loutres et les protègent comme si c'était leurs propres loutres, les loutres de Total !

Total a acquis plusieurs caméras infrarouges, installées à des endroits stratégiques. Elles permettent de surveiller les loutres 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

C'est un exemple de la capacité de Total à construire l'usine de gaz des Shetland et deux pipelines sans aucun impact sur la faune sauvage.

A l'écran
Vidéo de John Campbell marchant et récupérant la carte mémoire des caméras.
Images de loutres filmées par ces caméras.

Voix-off La préservation du patrimoine historique de l’île est également un enjeu important. Rick Barton supervise le programme de fouilles archéologiques déployées aux Shetland depuis 2010.

A l'écran
Vidéo de Rick Barton marchant au milieu de ruines archéologiques.

Rick Barton, archéologue, centre de recherche archéologique d'Orkney (ORCA) - En 2010, nous avons commencé les fouilles et les études physiques sous la tourbe, en quête de témoignages archéologiques. Nous avons trouvé des vestiges préhistoriques issus du Néolithique et de l’Âge de bronze.

A l'écran
Reconstitution en images de synthèse du site préhistorique

Voix-off Une découverte capitale pour les scientifiques et le Conseil Régional des Shetland.

Rick Barton - Ces vestiges ont été excavés. Nous pouvons les reconstruire en reconstituant leurs principales caractéristiques pour que les générations futures aient une idée des découvertes permises par les travaux du centre de traitement de gaz.

Voix-off - Les équipes chargées de conserver le patrimoine de l’île vont rester sur place pendant toute la durée du chantier. Pour leur responsable, leur mission est déjà un succès.

A l'écran
Images du chantier

Richard Southern - Deux ans après ma prise de poste, les chantiers de pose des pipelines sont terminés et les animaux sont revenus vivre sur place. Les tourbières sont remises en un bon état globalement. De nouveaux défis surviendront. Je pense que nous sommes tous prêts à les relever.

A l'écran
Images de l'île et de la mer

Partagez ce contenu

  • LinkedinPartagez