Comment l’intelligence artificielle change le monde ?

Intelligence artificielle : quels enjeux et quelles applications dans l’énergie ? Éclairage de Cédric Villani, Mathématicien, Médaille Fields 2010 et Rand Hindi, fondateur de la start-up SNIPS.
Lire le transcript: 

Intelligence Artificielle & Data

 
 
Rand HINDI // Ne pas se lancer dans l’intelligence artificielle aujourd’hui, c’est comme ne pas se lancer dans l’informatique dans les années 80. Ce n’est pas une technologie niche. C’est véritablement une nouvelle façon de penser l’informatisation et le numérique pour le futur.
 

COMMENT L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE CHANGE LE MONDE

 
 
Rand Hindi
Fondateur de la start-up SNIPS, 
Spécialisée dans l’intelligence artificielle
 
Rand HINDI // L’intelligence artificielle ça représente en fait un domaine de recherche qui est à propos de donner des comportements autonomes à des machines. Dans l’intelligence artificielle il y a une branche qui s’appelle le Machine Learning, où l’objectif c’est de donner des exemples du comportement à la machine, et la laisser apprendre par elle-même ce comportement. Et dans le Machine Learning, il y a une branche spécifique qui s’appelle le Deep Learning.
L’ordinateur va apprendre des concepts de plus en plus abstraits, et va apprendre à combiner ces différents concepts. Par exemple si je donne une image d’un chat, ça va apprendre les contours, le concept de contour, puis ça va apprendre à combiner ces contours pour recréer un visage de chat. 
 
 

La data au service de l’humain

 
Rand HINDI // Fondamentalement, l’intelligence artificielle n’a besoin que d’une chose, c’est de la data. La data c’est la matière première finalement de l’intelligence artificielle. Quand j’écris une lettre à quelqu’un, j’écris de la data sur ce que je ressentais à ce moment-là pour cette personne-là. Quand mon téléphone prend ma géolocalisation, ça crée de la data sur mes déplacements. Si on commence à capter tout ce qui se passe dans le monde et dans nos vies, on sera capable en fait d’utiliser l’intelligence artificielle pour améliorer ces aspects-là aussi. 
 

Nous sommes entrés dans une nouvelle ère

 
Cédric Villani
Mathématicien, Médaille Fields 2010
Directeur de l’institut Henri Poincaré
 
 
Cédric VILLANI // On est entré dans une ère où tous les phénomènes, ou presque, on peut les mesurer, les quantifier avec toutes sortes de capteurs, avec toutes sortes de modèles. Et on a vu successivement de nombreux domaines tomber ainsi dans l’escarcelle du modélisable. On a vu en finance, la révolution qui a d’ailleurs balayé le métier de trader à l’ancienne et qui a transformé des batailles d’intuitions et de stratégies humaines, en bataille d’algorithmes. On a vu le domaine des transports se faire envahir par les questions d’optimisation de trafic, de déploiement de moyens, de calcul des prix des billets. On est en train de voir un domaine tel que la médecine se faire doucement révolutionner par les algorithmes. Avec l’humain qui développe les grandes lignes de la stratégie, et la machine qui calcule.
 

Une opportunité pour le monde de l’énergie

 
Rand HINDI // Déjà pour commencer, on a tout ce qui touche aux smart grids. A un moment ou à un autre il va bien falloir que ces consommations d’énergies soient acheminées aux bons endroits, qu’il y ait de l’anticipation. Mais on peut très bien aussi imaginer utiliser l’intelligence artificielle pour améliorer la consommation énergétique des bâtiments. Chez Google où ils ont réussi à montrer qu’une intelligence artificielle arrivait à faire baisser la consommation électrique d’un Data Center de 40%
 
 

Le futur de l’intelligence artificielle

 
Rand HINDI // L ’avenir de l’IA, ça va déjà passer par comprendre le langage naturel des humains ; une des choses les plus compliquées pour une machine à appréhender pour une raison simple. On fait appel à énormément de données de contextes pour « désambigüer » le sens de ce qu’on est en train de se dire.
 
Aujourd’hui on est capable de créer des IA qui ont des facultés très verticales, c’est-à-dire elles font une tâche et elles le font mieux que les hommes. Mais on est très, très loin des intelligences artificielles avec une conscience indépendante, avec une capacité de généralisation et d’abstraction, que nous on a en tant qu’humain.
 

Partagez ce contenu

  • LinkedinPartagez