Port Arthur, plateforme de raffinage-pétrochimie moderne et durable

Emplacement : Port Arthur, Texas
Opérateur de la raffinerie : Total (100 %) 

169 000
capacité de raffinage par jour sur le site de Port Arthur
non
Coordinateur supervisant des travaux, Port Arthur, Texas, États-Unis Coordinateur supervisant des travaux, Port Arthur, Texas, États-Unis

Située au Texas, à proximité du Golfe du Mexique, Port Arthur est l’une des plus grandes plateformes du Groupe. Grâce à sa récente modernisation, elle est aujourd’hui dotée d’unités spécifiques lui permettant de traiter les bruts lourds et de produire des carburants à basse teneur en soufre. Elle tire également parti de la révolution des schistes, en utilisant les pétroles légers comme matière première dans sa raffinerie et le gaz pour son vapocraqueur.

Tirer parti de matières premières avantagées

Pour conduire ses activités de raffinage, notre site de Port Arthur dispose d’une capacité de production de 198 000 barils par jour.

Grâce au programme de modernisation réalisé en 2011 et au rattachement de la raffinerie au réseau de pipeline domestique américain, Port Arthur bénéficie d’une plus grande flexibilité lui permettant de s’adapter à l’évolution du marché. La raffinerie traite ainsi à la fois des bruts très lourds, difficile à traiter (notamment du Canada ou d’Amérique Latine) et des bruts domestiques très légers, disponibles en quantité donc peu coûteux. Cette configuration vise à ne produire que des produits légers, à forte valeur ajoutée.

Côté pétrochimie, nous disposons d’un vapocraqueur de 1 Mt en co-entreprise avec BASF. À la suite d’adaptations réalisées depuis 2013, il fonctionne désormais à partir de 80 % d’éthane, de butane et de propane, issus des gaz de schiste, qui remplace le naphta plus coûteux.

Nous avons également lancé le pré-projet (études d’ingénierie-FEED) pour un nouveau cracker éthane de 1Mt.

La stratégie de cette plateforme intégrée est de tirer partie des gaz et huiles de schiste tout en conservant une forte flexibilité.

Raffinage-Chimie : Total s’adapte à la nouvelle donne des schistes