Améliorer l’intensité carbone de notre mix énergétique

Mouillage du cargo Seri Balhaf avant chargement du gaz naturel liquéfié. Balhaf, au Yémen Mouillage du cargo Seri Balhaf avant chargement du gaz naturel liquéfié. Balhaf, au Yémen
Pour lutter contre le changement climatique sans freiner le développement économique et social, il faut réduire l’intensité carbone du mix des énergies fossiles. Chez Total, c’est l’un des trois axes de notre stratégie climat. Moins coûteux et surtout moins émissif que les autres énergies fossiles, le gaz naturel est l’une des clés de cette transition énergétique.

Pourquoi c'est important

Pour limiter l’ampleur du réchauffement climatique, il faut absolument maintenir la hausse des températures en deçà de 2°C d’ici à 2100. Principal facteur du changement climatique : les émissions de gaz à effet de serre, en partie issues de la consommation d'énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz).

Dans le scénario 2°C présenté par l’Agence internationale de l'énergie (AIE), le pétrole et le gaz continueront de couvrir environ la moitié des besoins en énergie du monde à horizon 2035. Pour satisfaire la demande en énergie tout en luttant contre le réchauffement climatique, il faut donc réduire l’intensité carbone du mix1 des énergies fossiles elles-mêmes.

En tant que 4e compagnie pétrolière et gazière au monde, notre responsabilité est de contribuer à relever ce double défi. C’est pourquoi nous avons l’ambition de devenir le leader des hydrocarbures responsables en réduisant au minimum l’intensité carbone de notre propre mix d’énergies fossiles. Le fer de lance de cette stratégie : promouvoir le gaz naturel et augmenter sa part dans nos productions.

1 Le terme de mix énergétique (ou bouquet énergétique) désigne la répartition des différentes sources d’énergie primaire dans la consommation énergétique finale.

Développer une stratégie offensive pour le gaz

60%
Part du gaz dans notre mix d’hydrocarbures à horizon 2035
Facilement accessible, abondant, complémentaire des énergies renouvelables, le gaz naturel est aussi – et de loin – la moins émissive des énergies fossiles. Lors de la génération d’électricité, il émet près de deux fois moins de CO2 que le charbon. Nous avons donc arrêté définitivement de produire le charbon en août 2015.
 
Référence mondiale sur le marché du gaz naturel, nous opérons l’ensemble de la chaîne gazière sur les cinq continents. Depuis dix ans, nous avons doublé notre production de gaz naturel et continuons à investir massivement dans ce domaine. Aujourd’hui, nous sommes également leader mondial du gaz naturel liquéfié (GNL) et ambitionnons de doubler notre capacité de production d’ici 2017.
 
Pour conserver l’avantage que le gaz procure par rapport au charbon, il est cependant nécessaire de limiter les émissions de méthane dont le pouvoir est bien supérieur à celui de CO2. Nous poursuivons nos efforts pour réduire nos émissions de méthane associées à la production et au transport de gaz, qui représentent aujourd’hui moins de 0,5 % de notre production opérée commercialisée. Nous sommes également fermement engagés dans le partenariat avec la Coalition pour le Climat et l’Air Pur, soutenue par les Nations unies. Elle vise à améliorer, à l’échelle du secteur, les méthodes et moyens de mesure et de réduction des émissions de méthane.

Accélérer le développement des technologies de captage-stockage du CO2

10%
de notre budget R&D sera consacré aux technologies de stockage et valorisation du CO2
L’autre moyen de limiter les émissions de CO2 dans l’atmosphère consiste à les récupérer dès leur source de production et à les stocker dans le sous-sol ou de les valoriser. C’est ce qu’on appelle le captage-stockage-valorisation du CO2.
 
Nous participons à une démarche collective pour évaluer le potentiel réel de cette technologie dans la lutte contre le changement climatique et la rendre performante, sûre et réalisable à grande échelle. Pionnier en la matière, nous avons fortement investi dans le projet pilote de Lacq et contribuons à d’autres initiatives dans le monde, notamment en Norvège.
 
Captage stockage CO2 : une solution en faveur du climat

Stimuler les initiatives mondiales

La réponse aux défis du scénario 2°C réclame un effort collectif. L’établissement d’une tarification du carbone, les enjeux de l’arrêt du brûlage des gaz associés ou de la maîtrise des émissions de méthane nécessitent notamment des approches impliquant secteurs privé et public. Pour accélérer les progrès, Total s’engage activement sur ces sujets, au sein d’organisations et initiatives internationales.

Oil & Gas Climate Initiative

Nous sommes membre fondateur de l’OGCI (Oil & Gas Climate Initiative), qui rassemble 10 compagnies nationales et internationales pétrolières et gazières autour du climat depuis septembre 2014. Son objectif : identifier les meilleures pratiques et renforcer le positionnement du secteur comme un acteur de la lutte contre le changement climatique. L’OGCI concentre ses efforts notamment sur l’amélioration des connaissances en matière d’émissions de méthane ainsi que sur l’émergence d’une filière économiquement viable de captage-stockage de CO2.

Pour en savoir plus sur l’OGCI, découvrez notre infographie.

Business Leadership Criteria on Carbon Pricing

Depuis novembre 2014, nous soutenons l’initiative Business Leadership Criteria on Carbon Pricing du Pacte Mondial des Nations Unies. Son objectif est d’inciter les industriels à prendre en compte un prix du carbone dans leurs décisions d’investissement et à promouvoir cette pratique. Pour nos activités, nous avons fixé dès 2008 un prix du carbone par tonne de CO2 émis. En conséquence, tous nos nouveaux projets d’investissement sont aujourd’hui évalués en prenant en compte un coût de 30 à 40 USD par tonne de CO2 émis. 

Paying for carbon

En juin 2015, nous avons joué un rôle primordial dans le lancement avec 6 autres compagnies de l’initiative Paying for carbon, un appel aux gouvernements pour la mise en place d’un mécanisme de tarification du carbone, afin de décourager les pratiques les plus émissives de CO2.

World Bank Carbon Pricing Leadership Coalition

Depuis mars 2016, Total est un membre actif du CPLC dont l’objectif est de faciliter le partage d’expérience et de stimuler l’action en faveur d’une tarification du carbone entre gouvernements, société civile et industriels

Zéro brûlage de routine d’ici 2030

En novembre 2014, nous avons été le premier groupe pétrolier à rejoindre l’initiative de la Banque Mondiale Zéro brûlage de routine d’ici 2030, qui vise à éliminer le brûlage des gaz associés sur les sites de production de pétrole. Afin de se positionner sur cette trajectoire, un objectif intermédiaire a été défini : 80 % de réduction sur la période 2010-2020.

Coalition pour le Climat et l’Air Pur

En novembre 2014, nous avons été le premier énergéticien membre de la Climate & Clean Air Coalition, un partenariat entre gouvernements et industriels visant à améliorer les moyens de mesure et de contrôle des émissions de méthane générées par la production de gaz naturel.

En faveur d’un prix du carbone

Disposer de signaux économiques clairs sur le moyen et le long terme est essentiel pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Depuis 2008, Total encourage le développement de mécanismes de tarification du carbone dans les principales zones économiques.
 
Une fourchette de prix entre 30 et 40 USD par tonne de CO2 suffirait à :
  • promouvoir la substitution du charbon par le gaz ;
  • orienter des investissements vers les technologies nécessaires à la réduction des émissions, comme le captage, stockage et valorisation du CO2.