Favoriser le dialogue social

dialogue-social-principal

En Europe et dans la plupart des pays où il est implanté, le Groupe développe et continue à améliorer les relations sociales. Nous sommes également attentifs à la prise en compte des enjeux de responsabilité d’entreprise, de santé et de développement durable.

Nouveau projet mis en œuvre en 2015 pour mesurer l’engagement des collaborateurs

 

logo-total-surveyvf-2015

 

Tous les deux ans, le Groupe conduit une large enquête auprès de ses collaborateurs, baptisée Total Survey. Jusqu’en 2011, elle visait à connaître le niveau de satisfaction des salariés, à en mesurer les évolutions et à identifier des pistes de progrès à réaliser.

Depuis 2013, le Groupe a souhaité donner une nouvelle impulsion et le projet a été entièrement revu. Un questionnaire plus court, plus clair, plus proche des préoccupations des salariés et plus cohérent dans son ensemble a été conçu afin de mesurer l’engagement de ses collaborateurs. 

Le challenge de cette nouvelle enquête 2015 est le passage au 100 %digital. 
Il permet de comprendre le climat social de l’entreprise, d’évaluer l’importance, la nature du sentiment d’appartenance des salariés et de mesurer l’appréciation de certaines thématiques comme :

  • le management
  • le leadership
  • les valeurs partagées
  • la solidarité et transversalité
  • l'audace et l'innovation
  • l'efficacité et excellence
  • les objectifs et entretiens individuels annuels
  • la gestion de carrière 
  • la formation
  • la reconnaissance et rémunération
  • l'organisation du travail
  • la sécurité
  • le partage d'information

Ces thématiques vont permettre d’identifier les leviers clés de l’engagement. Le questionnaire contiendra également une question ouverte qui permettra aux salariés d’exprimer leurs points de vue et des questions locales pour mieux cibler les attentes des salariés.
Les résultats recueillis contribueront à offrir une vision globale des facteurs de motivation interne, des attentes des collaborateurs et des actions à mettre en œuvre pour renforcer leur engagement et cultiver l’excellence de notre entreprise dans un environnement changeant et concurrentiel.

Un tournant majeur pour 2015 : à l’ère du digital, afin de protéger l’environnement et pour une plus grande réactivité, le Groupe a décidé de passer au questionnaire 100 % électronique.  Des solutions innovantes ont été mises en place pour les salariés. En effet, ils ont désormais la possibilité de répondre d’un PC, d’une tablette ou d’un smartphone, que le matériel soit professionnel ou personnel.  

Les résultats sont communiqués aux salariés via des restitutions locales et l’intranet du Groupe. 

Près de 64 000 collaborateurs issus de 506 entités répartis dans 118 pays seront interrogés. Le taux de participation était de 69 % en 2013 (+4 % par rapport à 2011). L’enquête a permis de mesurer que les salariés du Groupe sont engagés à 73 %. De plus, elle a aidé à identifier les enjeux de progrès et à établir des plans d’action concrets dans les branches en fonction de ceux-ci.  Nous attendons pour la fin de l’année les nouveaux résultats de cette nouvelle enquête qui aura lieu du 23 septembre au 19 octobre 2015.

Un observatoire social pour optimiser la relation employeur-salarié

Nouveaux équilibres entre vie privée et vie professionnelle, égalité des chances, modalités et conséquences de l’expatriation, télétravail, développement de l’entreprise en réseau et maintien des liens concrets de solidarité…

  • Quelles seront demain les attentes des collaborateurs ?
  • Comment tirer le meilleur parti des données sociales déjà collectées ?
  • Comment discerner les signaux faibles annonciateurs de vraies évolutions ?
  • Comment préparer l’introduction de nouveaux modes de travail ?
  • C’est pour mieux répondre à des questions de ce type que la direction des Ressources humaines de Total a créé, en septembre 2008, un Observatoire social.

Groupe de réflexion, agitateur d’idées mais aussi force de propositions concrètes, cet observatoire a pour mission d’aider l’entreprise à se projeter dans l’avenir. Il s’appuie sur les synergies entre les expertises internes et les regards extérieurs les plus aiguisés. Il a également pour vocation de mieux faire connaître les réalisations ou les expérimentations prometteuses portées par le Groupe.


Total a mis en place des instances de dialogue dans tous les pays européens et ceux hors OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) où la législation le permet. Le développement des relations sociales et du dialogue entre le management et les représentants du personnel tient compte de la diversité des contextes locaux.

Un dispositif très structuré sur le continent européen

En Europe, où travaillent les deux tiers des effectifs du Groupe, la négociation entre la direction et les organisations syndicales s’est concrétisée par plusieurs textes importants, tels que :

  • l’accord sur l’égalité des chances, conclu en 2006 ;
  • l’accord européen sur les aides à la création, à la reprise ou au développement de PME, en 2007. L’organisation du dialogue social se concrétise notamment par :
    • Le Comité européen, dont le périmètre inclut tous les pays de l’Union européenne où Total est présent, ainsi que la Norvège. Ce comité peut aborder tous les sujets qui relèvent de la stratégie du Groupe, de sa position concurrentielle, de sa situation sociale, économique et financière. C’est également un espace de concertation et d’information autour de l’emploi, des transferts d’activités et des changements éventuels de structures.
      Il compte 45 membres titulaires, dont 26 représentent les filiales européennes et sont issus des instances de leurs pays d’origine. Son rôle et ses moyens ont été étendus depuis 2006. Il s’est doté notamment d’une commission spécifique aux questions de développement durable, de responsabilité sociétale et environnementale et de sécurité.
    • La plateforme sociale européenne. Créée en 2004, elle a pour missions de participer au développement du dialogue social et de favoriser la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. Elle veille au respect des principes à mettre en œuvre lors de restructurations.

Poursuivre le déploiement des instances représentatives à travers le monde

Dans les pays hors OCDE, dès que la législation locale le permet, le Groupe prend part à la création d’instances de dialogue social. Quelques exemples :

  • Au Cameroun : chez Total EP Cameroun, un Comité des sages élus par l’ensemble du personnel s’exprime régulièrement sur tous les sujets touchant à la vie de la filiale.
  • Au Nigeria : un Joint Consultative Committee traite des conditions de travail, des problèmes de sécurité, des prestations logistiques pour les employés et autres questions de bien-être.
  • En Indonésie : Total EP Indonésie a mis à disposition des locaux et les équipements nécessaires au bon fonctionnement des syndicats.