Dispositifs sociaux : Total s’implique auprès de la société civile

dispositifs-sociaux-principal

Dans tous les pays où il est implanté, Total veille au développement socio-économique des communautés. Le Groupe intervient dans les domaines de l’éducation et de la formation, de la santé et du développement économique local.

Total a un ancrage particulièrement important dans les pays hors OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), là où les attentes sont les plus fortes en matière de développement local. Nous consacrons plus de 300 millions d’euros chaque année à la responsabilité sociétale, avec un champ d’action qui dépasse largement notre cœur de métier. La construction de lycées, le financement d’hôpitaux et la prévention contre le sida figurent parmi nos préoccupations sociétales majeures.

S’engager pour l’éducation, développer la formation

Depuis de nombreuses années, le Groupe s’engage en faveur de l’éducation. Notre démarche s’est progressivement structurée, avec la création de l’Université Total en 2005, puis celle de la direction Éducation en 2010.

Cet engagement repose sur trois axes :

  • contribuer à l’éducation au sein des pays hôtes qui le désirent ;
  • anticiper les futurs besoins en ressources humaines en privilégiant le recours aux ressources locales ;
  • tisser des réseaux de partenaires.

Les financements éducatifs que nous avons mis en place, à commencer par l’attribution de bourses, permettent chaque année à des milliers d’étudiants de poursuivre leurs études, dans leur pays d’origine ou à l’étranger.

  • Avant d’entamer leur cursus en master dans des universités françaises, les étudiants suivent une formation de six mois en français. À la clé, une meilleure maîtrise de la langue et un atout pour s’intégrer plus rapidement.
  • Des bourses régionales ont également été mises en place dans le cadre d’accords de coopération avec les universités africaines. Elles ont pour objectif d’encourager les étudiants à postuler dans des universités de leur continent. C’est le cas de l’Institut 2IE au Burkina Faso (Institut international d’ingénierie de l’eau, de l’énergie et de l’environnement), qui propose un enseignement reconnu sur l’ensemble du continent africain et au-delà.

Les partenariats universitaires permettent de progresser dans les métiers du Groupe, mais également de se positionner sur de nouvelles activités. Des chaires sont ainsi financées à l’École Supérieure Nationale des Mines de Paris, au Massachussetts Institute of Technology (MIT)…

Par ailleurs, certaines de nos filiales cofinancent l’acquisition de matériel pédagogique et des travaux de modernisation, de rénovation ou de construction d’écoles.

Autre pan du dispositif éducation, des programmes sont conduits par l’Université Total et les différentes branches dans les pays qui en expriment le besoin.

Deux pays, deux exemples…

  • En Angola, au-delà de la construction de quatre établissements d’enseignement secondaire, Total, par l’intermédiaire de la Mission laïque française, a mis à disposition cinq professeurs français. En collaboration avec leurs homologues angolais, ils ont revu les programmes pour intégrer davantage de cours sur les « sciences dures ». La première rentrée a eu lieu en février 2009.
  • En Birmanie, Total a démarré localement depuis septembre 2010 une formation d’opérateur pétrolier complémentaire aux diplômes locaux, alternant cours et OJT (« On the Job Training »). En parallèle, des bourses sont attribuées à des jeunes en pré-embauche pour suivre un master à l’École nationale supérieure de géologie de Nancy. Deux projets identiques ont été mis en œuvre au Gabon et au Venezuela.

Des programmes consacrés à la santé de nos collaborateurs et des populations locales

Total a créé en Afrique un programme anti-sida destiné aux salariés et à leurs ayants-droit.
Souvent étendu aux communautés locales, ce programme repose sur la sensibilisation, la prévention, le dépistage, ainsi que sur la prise en charge financière des traitements.
Par ailleurs, en partenariat avec l’Institut Pasteur, la Fondation d’entreprise Total participe à la prévention et au traitement des maladies infectieuses. Elle soutient des projets de recherche et des actions de terrain dans les pays dans lesquels le Groupe est implanté. La Fondation Total veille plus particulièrement à ce que les compétences développées soient transmises aux acteurs locaux en vue de la pérennisation de son action.

Nous avons décidé de briser les tabous et de mettre en place un programme de sensibilisation de notre personnel et de leurs familles. En 2006, 25 gérants de stations-service ont suivi une formation sur les modes de transmission et les traitements du sida.

Têvi Tete-Benissan, Total Togo

Développement économique local

Total veille à faire progresser en permanence le local content (ou « part locale ») de ses activités dans les pays émergents où il est présent.
Par local content, nous désignons l'ensemble des actions visant à valoriser le tissu industriel et les compétences des habitants des États-hôtes :

  • recrutement local ;
  • formation ;
  • achats de biens et de services locaux...

Cela nous permet de renforcer durablement les compétences humaines et les capacités industrielles des pays qui nous accueillent, et ainsi, de dynamiser leur croissance économique et sociale.

Yémen LNG : former et recruter localement

La mise en application de notre politique de local content se heurte souvent à un faible niveau de formation et de maîtrise technologique. Le recours à des salariés et des entreprises locales implique donc, en amont, des actions de formation et de transfert de compétences.

En 2009, Total a créé avec ses partenaires son centre de formation au Yémen. Il s’agit d’y former des techniciens, superviseurs et ingénieurs locaux, pour assurer le fonctionnement de l'usine de liquéfaction de gaz naturel Yémen LNG. 300 personnes y ont suivi un cursus intensif de formation. Au programme : maîtrise de l'anglais et des technologies gazières, et formation complémentaire sur le terrain. L'effectif permanent de la société Yémen LNG, qui exploite l'usine, compte 80 % de Yéménites.

  • Total, partenaire des ONG

  • Le respect des personnes, une valeur centrale